ACCÈS MEMBRES

Forum Immobilier

Accueil>Forum immobilier > location à une prostitué à mon insu
  1. #1
    zz van koch
    Guest

    Par défaut location à une prostitué à mon insu

    Bonsoir.
    Il y a deux jours, j'étais l'Assemblée Générale de la copropriété dans
    laquelle je loue un appartement et j'ai eu l'impression d'être tombé dans un
    guettapens.
    Je n'habite pas dans cette appartemnt, mais à quelques kilomètres de là. Je
    n'y mets donc jamais les pieds quand ma location se passe bien (= le loyer
    est payé et je n'en n'entends pas parler). Quelle n'a donc pas été ma
    surprise de voir tous les autres copropriétaires me tomber dessus en me
    disant que je ne devais pas louer à une prostituée qui reçoit ses clients
    dans l'appartement que je lui loue. Et d'évoquer le Réglement de Copropriété
    qui précise qu'on doit user des lieux en "bon père de famille", que c'est
    contraire aux bonnes moeurs, que c'est pas bon pour la réputation de
    l'immeuble, que tout le monde se plaint de moi...
    Je précise que que je ne savais évidemment rien du totut. Je déclare à
    l'Assemblée que je ne suis pas responsable de ce que fait ma locataire, mais
    ils veulent que j'agisse pour la faire partir.

    Alors je vous pose une série de questions en rafale :
    Le contrat de bail précise bien "résidence principale", est ce qu'une telle
    activité "professionnelle" peut être interdite et par quel moyen ?
    Puis je lui demander de partir pour "motif légitime et sérieux" ? et comment
    prouver le motif ? Je précise ici que dès le lendemain je suis allé voir mon
    appartement et que la seule chose qui distingue sa porte de celle des autres
    habitants est une affiche format A4 scotchée avec écrit son prénom en très
    gros caractères rouges.
    Est ce que je peux avoir des ennuis avec la police pour proxénétisme ?
    Est ce que je dois le signaler à la police ?
    Est ce que les autres propriétaires peuvent me faire des ennuis de manière
    légale et comment ?
    Est ce qu'il serait légal que je lui demande de partir avant le terme du
    bail de 3 ans ?

    Tout conseil sera le bien venu. J'avoue que ce que fesait ma locataire
    m'était complêtement indifférent, elle m'avait montré une fiche de paie du
    supermarché du coin, elle avait un salaire, c'est tout ce qui importait pour
    moi. Mais je ne veux pas avoir d'ennuis.

    ZZ Van Koch

  2. #2
    Jean-Michel
    Guest

    Par défaut Re: location à une prostitué à mon insu

    Bonsoir.
    Il y a deux jours, j'étais l'Assemblée Générale de la copropriété dans
    laquelle je loue un appartement et j'ai eu l'impression d'être tombé dans un
    guettapens.
    Je n'habite pas dans cette appartemnt, mais à quelques kilomètres de là. Je
    n'y mets donc jamais les pieds quand ma location se passe bien (= le loyer
    est payé et je n'en n'entends pas parler). Quelle n'a donc pas été ma
    surprise de voir tous les autres copropriétaires me tomber dessus en me
    disant que je ne devais pas louer à une prostituée qui reçoit ses clients
    dans l'appartement que je lui loue. Et d'évoquer le Réglement de Copropriété
    qui précise qu'on doit user des lieux en "bon père de famille", que c'est
    contraire aux bonnes moeurs, que c'est pas bon pour la réputation de
    l'immeuble, que tout le monde se plaint de moi...
    Je précise que que je ne savais évidemment rien du totut. Je déclare à
    l'Assemblée que je ne suis pas responsable de ce que fait ma locataire, mais
    ils veulent que j'agisse pour la faire partir.

    Alors je vous pose une série de questions en rafale :
    Le contrat de bail précise bien "résidence principale", est ce qu'une telle
    activité "professionnelle" peut être interdite et par quel moyen ?
    Votre locataire est inscrite au registre du commerce sans doute ? !!!

    Puis je lui demander de partir pour "motif légitime et sérieux" ? et comment
    prouver le motif ?
    NON
    Je précise ici que dès le lendemain je suis allé voir mon

    appartement et que la seule chose qui distingue sa porte de celle des autres
    habitants est une affiche format A4 scotchée avec écrit son prénom en très
    gros caractères rouges.
    Vous êtes sûr que ce n'est pas des caractères roses ?

    Est ce que je peux avoir des ennuis avec la police pour proxénétisme ?
    Non
    Est ce que je dois le signaler à la police ?
    Mais signaler quoi ?

    Est ce que les autres propriétaires peuvent me faire des ennuis de manière
    légale et comment ?
    NON
    Est ce qu'il serait légal que je lui demande de partir avant le terme du
    bail de 3 ans ?
    NON

    Tout conseil sera le bien venu. J'avoue que ce que fesait ma locataire
    m'était complêtement indifférent, elle m'avait montré une fiche de paie du
    supermarché du coin, elle avait un salaire, c'est tout ce qui importait pour
    moi. Mais je ne veux pas avoir d'ennuis.
    Elle n'est plus salariée ?

    --
    Jean-Michel-jmkdb

  3. #3
    zz van koch
    Guest

    Par défaut Re: location à une prostitué à mon insu

    >> Alors je vous pose une série de questions en rafale :
    >> Le contrat de bail précise bien "résidence principale", est ce qu'une
    >> telle activité "professionnelle" peut être interdite et par quel moyen ?
    > Votre locataire est inscrite au registre du commerce sans doute ? !!!
    Je n'en sais rien ! Est ce que ça changerait quelque chose ? Est ce qu'on
    peut s'y inscrire pour une telle profession, surtout depuis la loi Sarkozy ?

    >> Puis je lui demander de partir pour "motif légitime et sérieux" ? et
    >> comment prouver le motif ?
    > NON
    > Je précise ici que dès le lendemain je suis allé voir mon
    >> appartement et que la seule chose qui distingue sa porte de celle des
    >> autres habitants est une affiche format A4 scotchée avec écrit son prénom
    >> en très gros caractères rouges.
    > Vous êtes sûr que ce n'est pas des caractères roses ?
    Il me semble que c'était en rouge. Est ce que la couleur a une importance ?
    Je connais l'expression "minitel rose" mais j'ai entendu parler aussi des
    lampes rouges qui signalent certains bars en Allemagne, pour moi c'est du
    pareil au même.

    > Est ce que je peux avoir des ennuis avec la police pour proxénétisme ?
    > Non
    Ouf ! Me voilà rassuré sur ce poiint qui est le plus important pour moi. Je
    reprécise que je ne savais pas du tout ce qu'elle allait faire réellement
    quand on a signé le contrat de bail. Si à cette époque je savais qu'elle
    utiliserait l'appartement à ces fins, est ce que la police pourrait me
    reprocher de lui louer en toute connaisssance de cause, car finalement d'une
    certaine manière je perçois des revenus issus de la prostitution ?

    >> Tout conseil sera le bien venu. J'avoue que ce que fesait ma locataire
    >> m'était complêtement indifférent, elle m'avait montré une fiche de paie
    >> du supermarché du coin, elle avait un salaire, c'est tout ce qui
    >> importait pour moi. Mais je ne veux pas avoir d'ennuis.

    > Elle n'est plus salariée ?
    Je n'en sais rien. Quand je suis allé la voir dans son appartement, j'avoue
    que j'ai oublié de lui demander. Elle même a été surprise de me voir, elle a
    marqué un temps d'hésitation mais m'a quand même reçu. Sa tenue était sans
    équivoque : elle était habillée uniquement de lingerie affriolante mais pas
    vulgaire et avec des chaussures à talon haut. Elle m'a conduit à la cuisine,
    elle est allée enfiler un peignoir et elle revenu les pieds nus. Il était 14
    heures et tous les volets étaient fermés. Dans la pièce principale qui est
    le séjour, j'ai vu un lit par la porte restée ouverte. Elle n'a d'ailleurs
    pas cherché à nier l'évidence, elle m'a assuré qu'elle ne fesait rien pour
    troubler le voisinage, ses volets sont toujours clos, eell ne met jamais la
    musique ou la télé trop fort, quand elle sort dans la rue, elle est toujours
    habillée d'une manière très correcte, passe partout, jamais en jupe mais
    toujours en pantalon... Elle m'a assuré que le loyer sera toujours payé en
    temps et en heure et que donc elle ne voyait aucun motif pour partir.
    Elle m'a dit que si je le voulais, on pourrait convenir d'un loyer un peu
    plus élevé en échange du fait que je lui laisse sa tranquilité mais que
    légalement elle n'en était même pas obligée.

    Qu'en penser ? Je ne cherche pas à augmenter le loyer, qui me convient bien
    actuellement. Surtout que si j'acceptais une hausse du loyer, il me semble
    bien que là c'est vraiment recevoir de l'argent pour protéger une activité
    de prostitution, c'est à dire du proxénétisme. Donc d'après vous, monsieur
    jmkdb, rien à signaler, tout est bien, aucun risque avec la justice ?
    Même si elle se met à trafiquer la drogue si sa clientèle se fait plus rare
    ?
    J'encaisse me loyers et je dis à l'Assemblée Générale que tout est légal et
    qu'ils aillent se faire voir ?

    ZZ Van Koch

  4. #4
    FRED
    Guest

    Par défaut Re: location à une prostitué à mon insu

    je ne suis pas juriste mais si tu augmente le loyer pour ces motifs alors tu
    risque gros.
    pour la question concernant le registre du commerce, je pense qu'il sous
    entendait : registre du commerce = lieu de travail = plus d'utilisation en
    temps que residence principale = probléme pour le bail
    En revanche, j'ai déja entendu parler de proxenetisme hotelier : Est ce une
    invention de journaleux ??
    FRED

  5. #5
    JLC
    Guest

    Par défaut Re: location à une prostituée (présumée) à mon insu

    J'encaisse mes loyers et je dis à l'Assemblée Générale que tout est
    légal et qu'ils aillent se faire voir ?

    ZZ Van Koch
    Salut,
    La réponse de Jean Mimi est parfaite. Il n'y a que le côté humour que tu
    n'as pas bien saisi.
    Laisse tomber les "injonctions" des autres coproprios, ou plutôt suggère
    à ta locataire de leur "faire un prix". Je suis sûr que ça va en calmer
    plus d'un !
    Evidemment, tous ces conseils, par voie orale, n'est-ce pas !
    --

    Si réponse directe, effacer uuyxxx
    @ + et cordialement
    JLC

  6. #6
    gcjjc
    Guest

    Par défaut Re: location à une prostitué à mon insu

    Alors je vous pose une série de questions en rafale :
    Le contrat de bail précise bien "résidence principale", est ce qu'une
    telle activité "professionnelle" peut être interdite et par quel moyen ?
    trouble à l'ordre public.

    Puis je lui demander de partir pour "motif légitime et sérieux" ?
    Faut-il encore prouver vos dires !
    et comment

    prouver le motif ?
    Attention à la difficulté de prouver ce que vous estimez être exact.
    Je précise ici que dès le lendemain je suis allé voir mon

    appartement et que la seule chose qui distingue sa porte de celle des
    autres habitants est une affiche format A4 scotchée avec écrit son prénom
    en très gros caractères rouges.
    Est ce que je peux avoir des ennuis avec la police pour proxénétisme ?
    Il est clair, que vous pouvez si ces faits sont exacts, être convoqué !
    A mon tour de vous poser une question :
    "quelles garanties et bien sûr, sont les vérifications que vous avez le
    devoir d'effectuer avant de louer un logement ?

    Est ce que je dois le signaler à la police ?
    Cela dépend des preuves et de la gravité, de celles-ci !

    Est ce que les autres propriétaires peuvent me faire des ennuis de manière
    légale et comment ?
    Il convient d'admettre, que les propriétaires selon la gravité des faits,
    peuvent saisir le syndic aux fins de vous demander la résiliation du bail
    qui vous unit à votre locataire.

  7. #7
    svbeev
    Guest

    Par défaut Re: location à une prostitué à mon insu

    >> Bonsoir.
    >> Il y a deux jours, j'étais l'Assemblée Générale de la copropriété dans
    >> laquelle je loue un appartement et j'ai eu l'impression d'être tombé dans
    >> un guettapens.
    >> Je n'habite pas dans cette appartemnt, mais à quelques kilomètres de là.
    >> Je n'y mets donc jamais les pieds quand ma location se passe bien (= le
    >> loyer est payé et je n'en n'entends pas parler). Quelle n'a donc pas été
    >> ma surprise de voir tous les autres copropriétaires me tomber dessus en
    >> me disant que je ne devais pas louer à une prostituée qui reçoit ses
    >> clients dans l'appartement que je lui loue. Et d'évoquer le Réglement de
    >> Copropriété qui précise qu'on doit user des lieux en "bon père de
    >> famille", que c'est contraire aux bonnes moeurs, que c'est pas bon pour
    >> la réputation de l'immeuble, que tout le monde se plaint de moi...
    >> Je précise que que je ne savais évidemment rien du totut. Je déclare à
    >> l'Assemblée que je ne suis pas responsable de ce que fait ma locataire,
    >> mais ils veulent que j'agisse pour la faire partir.

    >> Alors je vous pose une série de questions en rafale :
    >> Le contrat de bail précise bien "résidence principale", est ce qu'une
    >> telle activité "professionnelle" peut être interdite et par quel moyen ?
    > Votre locataire est inscrite au registre du commerce sans doute ? !!!

    >> Puis je lui demander de partir pour "motif légitime et sérieux" ? et
    >> comment prouver le motif ?
    > NON
    Je ne suis pas d'accord. La loi de 1989 permet de poursuivre dans un tel cas
    la résiliation judiciaire du bail, pour peu que le propriétaire ait un mimum
    de preuve à fournir.

    > Je précise ici que dès le lendemain je suis allé voir mon
    >> appartement et que la seule chose qui distingue sa porte de celle des
    >> autres habitants est une affiche format A4 scotchée avec écrit son prénom
    >> en très gros caractères rouges.
    > Vous êtes sûr que ce n'est pas des caractères roses ?

    > Est ce que je peux avoir des ennuis avec la police pour proxénétisme ?
    > Non
    Pourriez vous expliciter votre réponse car je suis loin d'être aussi
    affirmatif que vous car l'article 225-10 du Code Pénal qui réprime le
    proxénétisme hôtelier s'applique à celui qui tient à la disposition d'une ou
    plusieurs personnes un emplacement non utilisé par le public, en sachant
    qu'elles sy livreront à la prostitution.

    Par le passé un propriétaire ayant loué un local à usage d'habitation à une
    prostituée a été reconnu coupable de proxénétisme hôtelier. La cour de Cass
    a retenu que peu importe que le propriétaire ait ignoré au moment de la
    souscription du bail l'usage que la locataire pouvait en faire, dés lors
    que, informé postérieurement de cet usage il avait la possibilité de mettre
    fin au bail. En s'abstenant de le faire et en continuant à louer les locauax
    en connaissance de cause, il a commis le délit.

    Autrement dit on ne peut rien reprocher au propriétaire tant qu'il n'est pas
    au courant. Mais celui qui est informé par les copropriétaires et qui
    s'abstient de réagir peut à mon sens avoir des ennuis . Cela est peut
    probable mais pas impossible.

    >> Est ce que je dois le signaler à la police ?
    > Mais signaler quoi ?

    >> Est ce que les autres propriétaires peuvent me faire des ennuis de
    >> manière légale et comment ?
    > NON
    Ah bon ?

    >> Est ce qu'il serait légal que je lui demande de partir avant le terme du
    >> bail de 3 ans ?
    > NON
    Cf supra.

  8. #8
    Jean-Michel
    Guest

    Par défaut Re: location à une prostitué à mon insu

    >>> Bonsoir.
    >>> Il y a deux jours, j'étais l'Assemblée Générale de la copropriété dans
    >>> laquelle je loue un appartement et j'ai eu l'impression d'être tombé dans
    >>> un guettapens.
    >>> Je n'habite pas dans cette appartemnt, mais à quelques kilomètres de là.
    >>> Je n'y mets donc jamais les pieds quand ma location se passe bien (= le
    >>> loyer est payé et je n'en n'entends pas parler). Quelle n'a donc pas été
    >>> ma surprise de voir tous les autres copropriétaires me tomber dessus en
    >>> me disant que je ne devais pas louer à une prostituée qui reçoit ses
    >>> clients dans l'appartement que je lui loue. Et d'évoquer le Réglement de
    >>> Copropriété qui précise qu'on doit user des lieux en "bon père de
    >>> famille", que c'est contraire aux bonnes moeurs, que c'est pas bon pour
    >>> la réputation de l'immeuble, que tout le monde se plaint de moi...
    >>> Je précise que que je ne savais évidemment rien du totut. Je déclare à
    >>> l'Assemblée que je ne suis pas responsable de ce que fait ma locataire,
    >>> mais ils veulent que j'agisse pour la faire partir.

    >>> Alors je vous pose une série de questions en rafale :
    >>> Le contrat de bail précise bien "résidence principale", est ce qu'une
    >>> telle activité "professionnelle" peut être interdite et par quel moyen ?

    >> Votre locataire est inscrite au registre du commerce sans doute ? !!!


    >>> Puis je lui demander de partir pour "motif légitime et sérieux" ? et
    >>> comment prouver le motif ?

    >> NON


    > Je ne suis pas d'accord. La loi de 1989 permet de poursuivre dans un tel cas
    > la résiliation judiciaire du bail, pour peu que le propriétaire ait un mimum
    > de preuve à fournir.
    Il faut avoir des preuves de trouble à l'ordre public....et elles ne
    peuvent pas être simplement "déclaratives"...

    >> Je précise ici que dès le lendemain je suis allé voir mon

    >>> appartement et que la seule chose qui distingue sa porte de celle des
    >>> autres habitants est une affiche format A4 scotchée avec écrit son prénom
    >>> en très gros caractères rouges.

    >> Vous êtes sûr que ce n'est pas des caractères roses ?


    >> Est ce que je peux avoir des ennuis avec la police pour proxénétisme ?

    >> Non


    > Pourriez vous expliciter votre réponse car je suis loin d'être aussi
    > affirmatif que vous car l'article 225-10 du Code Pénal qui réprime le
    > proxénétisme hôtelier s'applique à celui qui tient à la disposition d'une ou
    > plusieurs personnes un emplacement non utilisé par le public, en sachant
    > qu'elles sy livreront à la prostitution.
    Vous avez raison sauf sur un point : vous allez vite en besogne pour
    qualifier la situation de proxénétisme hôtelier....

    > Par le passé un propriétaire ayant loué un local à usage d'habitation à une
    > prostituée a été reconnu coupable de proxénétisme hôtelier. La cour de Cass
    > a retenu que peu importe que le propriétaire ait ignoré au moment de la
    > souscription du bail l'usage que la locataire pouvait en faire, dés lors
    > que, informé postérieurement de cet usage il avait la possibilité de mettre
    > fin au bail. En s'abstenant de le faire et en continuant à louer les locauax
    > en connaissance de cause, il a commis le délit.
    Certes mais il faut que le délit de trouble à l'ordre public soit constitué.

    --
    Jean-Michel- jmkdb

  9. #9
    svbeev
    Guest

    Par défaut Re: location à une prostitué à mon insu

    >>>> Bonsoir.
    >>>> Il y a deux jours, j'étais l'Assemblée Générale de la copropriété dans
    >>>> laquelle je loue un appartement et j'ai eu l'impression d'être tombé
    >>>> dans un guettapens.
    >>>> Je n'habite pas dans cette appartemnt, mais à quelques kilomètres de là.
    >>>> Je n'y mets donc jamais les pieds quand ma location se passe bien (= le
    >>>> loyer est payé et je n'en n'entends pas parler). Quelle n'a donc pas été
    >>>> ma surprise de voir tous les autres copropriétaires me tomber dessus en
    >>>> me disant que je ne devais pas louer à une prostituée qui reçoit ses
    >>>> clients dans l'appartement que je lui loue. Et d'évoquer le Réglement de
    >>>> Copropriété qui précise qu'on doit user des lieux en "bon père de
    >>>> famille", que c'est contraire aux bonnes moeurs, que c'est pas bon pour
    >>>> la réputation de l'immeuble, que tout le monde se plaint de moi...
    >>>> Je précise que que je ne savais évidemment rien du totut. Je déclare à
    >>>> l'Assemblée que je ne suis pas responsable de ce que fait ma locataire,
    >>>> mais ils veulent que j'agisse pour la faire partir.

    >>>> Alors je vous pose une série de questions en rafale :
    >>>> Le contrat de bail précise bien "résidence principale", est ce qu'une
    >>>> telle activité "professionnelle" peut être interdite et par quel moyen ?

    >>> Votre locataire est inscrite au registre du commerce sans doute ? !!!


    >>>> Puis je lui demander de partir pour "motif légitime et sérieux" ? et
    >>>> comment prouver le motif ?

    >>> NON


    >> Je ne suis pas d'accord. La loi de 1989 permet de poursuivre dans un tel
    >> cas la résiliation judiciaire du bail, pour peu que le propriétaire ait
    >> un mimum de preuve à fournir.

    > Il faut avoir des preuves de trouble à l'ordre public....et elles ne
    > peuvent pas être simplement "déclaratives"...
    Je suis désolé mais la notion d'ordre public n'a rien à voir la dedans.
    L'article 7 de la loi de 89 impose au locataire d'user des lieu paisiblement
    et selon la destination de l'immeuble. En matière de prostitution, la preuve
    de l'activité du locataire suffit (certes il faudra un peu plus que les
    seules déclarations du propriétaires mais il ne devra pas être trés
    difficile de trouver des attestations compte tenu des récréminations des
    autres copropriétaires.

    >>> Je précise ici que dès le lendemain je suis allé voir mon

    >>>> appartement et que la seule chose qui distingue sa porte de celle des
    >>>> autres habitants est une affiche format A4 scotchée avec écrit son
    >>>> prénom en très gros caractères rouges.

    >>> Vous êtes sûr que ce n'est pas des caractères roses ?


    >>> Est ce que je peux avoir des ennuis avec la police pour proxénétisme ?

    >>> Non


    >> Pourriez vous expliciter votre réponse car je suis loin d'être aussi
    >> affirmatif que vous car l'article 225-10 du Code Pénal qui réprime le
    >> proxénétisme hôtelier s'applique à celui qui tient à la disposition d'une
    >> ou plusieurs personnes un emplacement non utilisé par le public, en
    >> sachant qu'elles sy livreront à la prostitution.
    > Vous avez raison sauf sur un point : vous allez vite en besogne pour
    > qualifier la situation de proxénétisme hôtelier....

    >> Par le passé un propriétaire ayant loué un local à usage d'habitation à
    >> une prostituée a été reconnu coupable de proxénétisme hôtelier. La cour
    >> de Cass a retenu que peu importe que le propriétaire ait ignoré au moment
    >> de la souscription du bail l'usage que la locataire pouvait en faire, dés
    >> lors que, informé postérieurement de cet usage il avait la possibilité de
    >> mettre fin au bail. En s'abstenant de le faire et en continuant à louer
    >> les locauax en connaissance de cause, il a commis le délit.
    > Certes mais il faut que le délit de trouble à l'ordre public soit
    > constitué.
    Votre abord du droit pénal est pour le moins surprenant.

    Dés lors que le propriétaire continue de louer, en connaissance de cause, un
    local à usage d'habitation dans lequel le ou la locataire se livre à la
    prostitution. Le délit est constitué et expose le propriétaire à des
    poursuites.

    Le délit de "trouble à l'ordre public" que vous évoquez ne correspond à
    rien..

    D'où tenez vous qu'un acte n'est délictueux que s'il touble l'ordre public.
    Un acte est délictueux dés lors qu'il est défini comme tel par la loi qui le
    réprime.

    Le délit est constitué dés que sont réunis les deux éléments de l'infraction
    que sont l'élément matériel et l'élément intentionnel. L'élément matériel
    est constitué par le contrat de location, et l'élément intentionnel est
    constitué par la connaissance qu'a le proriétaire de la situation.

    >> Autrement dit on ne peut rien reprocher au propriétaire tant qu'il n'est
    >> pas au courant. Mais celui qui est informé par les copropriétaires et qui
    >> s'abstient de réagir peut à mon sens avoir des ennuis . Cela est peut
    >> probable mais pas impossible.

    > C'est vrai tout est possible. Mais tout de même....
    Dans une telle situation, je ne ferais pas le même pari que vous qui peut
    coûter cher.

  10. #10
    Dudule
    Guest

    Par défaut Re: location à une prostitué à mon insu

    Encore un procès en sorcellerie.

    Bâtir tout un roman sur la seule foi de bruits d'égouts ou de "ch..ttes" me
    parait léger.
    Il faut prouver ce qu'on avance au risque d'être soupçonné de propos
    mensongers, calomnieux ou de diffamation.
    Et puis ni le bailleur ni les membres de l'AG de coloc ne sont des
    supplétifs de la milice ou de la police.
    Toutes ces personnes sont-elles donc irréprochables elles ?
    La prostitution n'est pas inscrite comme devant faire l'objet d'une
    dénonciation systématique.
    Quant à l'occupation en bon père de famille......n'en parlons pas. Combien
    de crimes a-t-on commis en son nom.
    Tout cela est éc½urant.

Discussions similaires

  1. Réponses: 2
    Dernier message: 16/12/2007, 07:44
  2. Louer 2 appartements ? Un en co-location et un en location ?
    Par anonymous dans le forum Immobilier
    Réponses: 0
    Dernier message: 15/11/2006, 10:31
  3. Réponses: 6
    Dernier message: 16/08/2005, 20:17
  4. Mettre son appart en location pour aller en location ?
    Par Odoard dans le forum Immobilier
    Réponses: 16
    Dernier message: 10/08/2005, 21:06
  5. Réponses: 3
    Dernier message: 13/01/2005, 13:37

Règles de messages

  • Vous pouvez créer des discussions
  • Vous pouvez envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas joindre des fichiers
  • Vous pouvez modifier vos messages
Retrouvez nous aussi sur FACEBOOK TWITTER
Système de mesure: Système métrique  |  Devise: EUR (changer)
AGENCES  |   eListingPro  |  eWebSite  |  eStrategy  |  eCollaboration  |  eBuyer
RÉGIONS POPULAIRES
Paris 13e arrondissement - Paris 14e arrondissement - Bussy-Saint-Georges - Nangis - Pontault-Combault - Limay - Meudon - Bondy - Épinay-sur-Seine - Créteil - Le Perreux-sur-Marne - Pacy-sur-Eure - Courville-sur-Eure - Romorantin-Lanthenay - Montargis - Cabourg - Lisieux - Nevers - Autun - Berck - Épinal - Pornichet - Saint-Jean-de-Monts - Talmont-Saint-Hilaire - Lannion - Saint-Malo - Lorient - Saint-Georges-d'Oléron - Saint-Palais-sur-Mer - Saint-Pierre-d'Oléron - Vaux-sur-Mer - Coutras - Pessac - Biarritz - Graulhet - Tulle - Vienne - Annemasse - Moulins - Beaucaire - Castelnau-le-Lez - Amélie-les-Bains-Palalda - Saint-Laurent-de-la-Salanque - Biot - Roquebrune-Cap-Martin - Saint-Laurent-du-Var - Villeneuve-Loubet - Marignane - Saint-Tropez - Bastia